[Chronique] Se mirer en Mohammed pour se reformer

Le prophète Mouhammad (paix et bénédictions sur lui) est selon le saint Qor’ane « une miséricorde envoyée à l’humanité.» Sur cette base, sa vie et sa gouvernance deviennent, à juste titre, une référence pour chaque musulman et toute société en quête d’un mieux-être et une espérance meilleure. A ce propos, voici quelques qualités du prophète Mouhammad (pbsl) dont l’exemplarité devrait nous inspirer pour des reformes individuelles et collectives.

La première qualité, qui est d’ailleurs la plus fondamentale est ce que le philosophe Roger Garaudy (qu’Allah lui fasse miséricorde) a appelé « l’initiative historique ». C’est-à-dire cette force qu’il a eue afin de changer les paradigmes sociétaux d’une société arabe alors polythéiste, tribaliste, pauvre, inégalitaire et matérialiste. En une société croyant en un Dieu unique Allah, fraternelle, solidaire et prospère qui deviendra des siècles plus tard, un empire-puissance mondial.

Aussi, cette dynamique de changement doit-elle toujours nous inspirer et nous pousser à des changements pour le meilleur, en nous-même et autour de nous. Le cas échéant, notre attentisme coupable face à des phénomènes comme celui des « microbes », de la prostitution, du manque d’infrastructures sociales et sanitaires n’est pas du tout excusable. L’exemple de l’initiative historique du prophète Mouhammad (pbsl) doit donc nous servir d’aiguillon et nous obliger à être toujours en éveil.

La deuxième qualité est celle de sa spiritualité tournée vers la conscience de l’obéissance à un Dieu unique, le Créateur du monde. Cela, face à la dictature du matérialisme qui nous détourne du sens réel de la vie. Le prophète Mouhammad (pbsl) a réussi à renverser cette tendance matérialiste antéislamique, grâce à la force de sa spiritualité. Pourtant, cette réalité n’a pas disparu de nos jours. Au contraire, l’argent est devenu la valeur absolue, même aux yeux de nombreux religieux. Il devient donc urgent pour chacun de revisiter la vie du prophète Mouhammad (pbsl) pour en saisir la quintessence de sa spiritualité et s’en approprier. Cela, afin de sortir de la dictature du matérialisme qui nous étreints et nous voile l’horizon. Or, il ne faut pas le perdre de vue, notre destination finale est Allah.

La troisième qualité est intellectuelle. En effet, il est indéniable qu’au moment où il reçoit les premières révélations, le prophète Mouhammad (pbsl) est analphabète. Mais, dès les premiers moments, il fait de la recherche du savoir, la priorité de son action. A titre illustratif, à l’an II de l’hégire (la migration de la Mecque vers Médine), il impose comme prix du rachat de leur liberté aux prisonniers issus des batailles livrées suite aux agressions des mecquois, le fait qu’ils apprennent à lire et écrire à 10 musulmans. Ainsi, des écoles primaires et même une université vont surgir à Médine dès l’aube de l’état islamique. Faisant ainsi de l’école, plus qu’une obligation, un acte ordinaire des musulmanspourtant auparavant analphabètes. Des siècles plus tard, les califats musulmans produiront pour l’humanité des mathématiciens, astronomes, médecins, chimistes, philosophes, juristes, géographes, anthropologues etc. de renom.

Malheureusement, aujourd’hui les musulmans sont parmi les moins instruits. En témoigne le cas de la Côte d’Ivoire. Cette qualité de l’envoyé d’Allah (pbsl) doit obliger les responsables de la communauté musulmane à faire de l’éducation un chantier prioritaire de leurs actions. En faisant de la création des écoles, des lycées, des centres de formation et des universités une priorité, dans le but de relever les défis d’aujourd’hui et du futur.

La quatrième qualité est sa bonne moralité. Le saint Qor’ane le dit si bien au verset 4 de la sourate 68 (Al qalam, la plume) « et tu (Mouhammad) es certes, d’une moralité imminente.» Or, la dégradation de la moralité est un épineux problème de notre société actuelle. Cela, malheureusement à tous les niveaux et dans tous les secteurs. Devant une telle impasse qui constitue une grave menace pour la société tout entière, du fait de manque de modèle, la moralité du prophète Mouhammad (pbsl) doit nous servir de boussole pour un sursaut collectif. Il s’agit entre autres, de sa crainte révérencielle d’Allah, son honnêteté, sa générosité, son humilité, la gestion de sa famille, son leadership etc.

La cinquième qualité est sa gestion de la question de la femme. Sa façon de vivre avec ses épouses laisse comprendre que l’islam accorde énormément de liberté à la femme, mais dans un cadre bien défini qui évite la déstabilisation des familles.

Trois exemples emblématiques nous serviront d’illustrations. D’abord, Khadidja (qu’Allah soit satisfait d’elle) sa première épouse était une femme d’affaires prospère. Et durant sa vie, aucune révélation n’est venue lui interdire de poursuivre ses affaires. Ce qui contredit l’attitude de certains musulmans qui interdisent toute activité professionnelle à leurs femmes. Ensuite, son épouse Aicha (Asse) était une savante en sciences islamiques et médicinales. Elle a rapporté à elle-seule 2200 hadiths. Cela, parce qu’elle a vécue intimement depuis le bas âge toute la vie du prophète Mouhammad (pbsl). Ce qui laisse voir que la femme, aussi bien que l’homme, a le droit à rechercher le savoir

Enfin, nous rapporterons une anecdote qui en dit long sur sa cohabitation avec ses épouses. A Oumar Ibn Khattab (Assl) qui venait s’enquérir auprès d’Oum Salama (Asse) de la véracité du comportement souvent désinvolte de sa fille Hafsat(Asse) vis-à-vis du prophète Mouhammad (pbsl), Oum Salama (Asse) répond ainsi : « Qui donc t’a autorisé à t’interposer entre l’Envoyé de Dieu et ses épouses ? Certes, nous lui disons franchement ce que nous pensons. S’il l’admet, c’est son affaire, mais s’il devait nous l’interdire, il nous trouverait alors plus obéissantes que, nous le sommes à son égard. » Tout une symbolique, qui campe bien les liens affectueux du prophète Mouhammad (pbsl) à l’égard de ses épouses et d’obéissance de celles-ci vis-à-vis de lui.

Qu’Allah nous accorde l’amour de Son envoyé et le raffermisse en nous. Amine.

Ibn Soliou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *