Interview de Dr. Taha Houssein Touré : « Le rôle du Centre culturel islamique est de former des imams et des prédicateurs (…) afin de lutter contre le terrorisme en Afrique de l’Ouest »

Dr. Taha Houssein Touré est diplômé de l’Université Islamique de la Mecque en Arabie Saoudite. Il est le superviseur Général du centre culturel de l’Afrique de l’Ouest dont le siège se trouve à Accra au Ghana. Dans cette interview, il présente le rôle et les objectifs centre. Interview.

Quel bilan faites-vous de toutes vos activités de 2016 ?
Notre bilan pour l’an 2016 est positif. Nous avons eu à former plus de 600 imams et prédicateurs dans les différents pays de l’Afrique de l’Ouest. Egalement, 30 imams et prédicateurs ont bénéficié des livres de sermons complets. A cela s’ajoute la distribution de 1000 exemplaires des petites brochures sur l’Islam. Concernant les associations, nous avons recensé 3 associations dans 12 pays de l’Afrique de l’Ouest dont la Côte d’Ivoire. Concernant les associations féminines islamiques le projet est en cours. Nous sommes en retard à ce niveau. Mais inchallah cela ne saurait tarder. Il sera une réalité au cours de l’année 2017. Notons que le bilan du centre culturel de l’Afrique de l’Ouest est assez positif. Malgré sa date de création en Aout 2015 et ses actions sur le terrain.

Quels sont vos perspectives pour l’année 2017 ?
Pour cette année 2017, le centre a beaucoup de projets tels que la construction des mosquées, aider et accompagner les différentes écoles confessionnelles islamiques, fournir les bibliothèques islamiques. Nous avons remarqué en Afrique de l’Ouest un sérieux besoin de bibliothèques parce que non seulement nous n’en avons pas chez nous à la maison mais également elles sont absentes dans les différentes écoles visitées. Donc, nous n’avons pas de bibliothèques islamiques dignes de l’Afrique de l’Ouest. Inchallah avec l’aide des uns et des autres, nous relèverons ensemble ce défi. Nous envisageons réunir tous les mémoires en masters et en doctorats de tous les étudiants arabisants de l’Afrique de l’Ouest en un seul lieu. Afin que cela serve à la génération future. Par exemple pour la Côte d’Ivoire, cela doit faire partie du patrimoine et non resté dans les pays Arabes. Aujourd’hui, en Côte d’Ivoire les étudiants ne peuvent pas faire de recherche à partie des travaux de nos docteurs qui nous ont précédés. C’est pourquoi, la mise en place de cette bibliothèque est importante pour nous. Nous ouvrions deux sites internet en mars prochain. Le premier site sera anglais. Et le second sera en français. Nous avons en vue la tradition des différents livres en français et en Anglais qui seront sur nos sites. Donc, les internautes pourront faire le téléchargement de ces documents dans 8 mois inchallah. Nous envisageons la création d’une chaine islamique parce que c’est une grande opportunité pour les musulmans. Cette chaine montrera la beauté de la religion musulmane qui est une religion de paix et non de violence comme le fait croit certains medias. Nous avons tenté l’expérience au Mali. Cela a été une réussite. Cette chaine marche déjà. Il s’agit de sunna TV. Nous voulons faire la même expérience en Côte d’Ivoire. Donc, nous attendons les autorités ivoiriennes à ce qu’il ouvre encore l’espace audiovisuel.

Dites-nous comment définissez-vous le centre culturel islamique de l’Afrique de l’Ouest ?
Un centre culturel islamique est un lieu exclusivement voué soit à la recherche, soit à l’apprentissage du Coran, soit à l’assistance des personnes démunies, soit à toutes autres activités islamiques. Par contre, le centre culturel islamique de l’Afrique de l’Ouest est orienté dans la formation des imams et prédicateurs et aussi diffusé le message de paix de l’Islam partout en Afrique de l’Ouest. Il s’agit pour, nous de mieux former les imams, les prédicateurs, les animateurs des associations islamiques de sorte à les rendre plus performent dans la propagation de l’Islam dans la société. Bien sûr en permettant à ceux-ci de jouer véritablement leur rôle d’annonciateur de bonne nouvelle de l’Islam. Pour étayer ce que je viens de dire. Nous avons formé 60 prédicateurs de la Ligue Islamique des Prédicateurs de Côte d’Ivoire (LIPCI) le mois de novembre dernier. De même, dans cette même optique, nous avons formé aussi 60 imams à Bouaké dans le même mois. Vous montrant toujours ce que fait notre centre, nous étions en Ouganda pour donner cette même formation aux imams et prédicateurs dans cette région de l’Afrique malgré que ce pays ne faisant partie de l’Afrique de l’Ouest. Cela montre l’aspect positif du centre. Juste après le mois de janvier 2017, nous aurons une conférence qui regroupera tous les 15 pays de l’Afrique de l’Ouest. Initialement cette conférence était prévue en Gambie. Mais compte tenue de la situation sociopolitique, elle sera organisée en Guinée Bissau.

Concrètement quel est son rôle véritable ?
Le rôle véritable du Centre culturel est de former des imams et des prédicateurs de l’Afrique de l’Ouest en créant une synergie entre eux dans le cadre d’une meilleure diffusion de l’Islam, religion de paix et d’amour. Cela leur permettra de mieux se côtoyer et de se connaitre afin d’atteindre l’objectif commun. C’est pourquoi, nous essayons tous les jours de créer des liens qui puissent les rapprocher davantage.

Quels sont alors ses objectifs ?
L’objectif général du centre culturel, c’est l’unité des musulmans et protéger l’Islam contre les différents fléaux à savoir : le djihadisme qui présent mauvais visage de l’Islam, le terrorisme, etc. Pour le centre, il s’agit de solutionner les vrais problèmes de l’Afrique à travers le remède de l’Islam. A titre d’exemple, lorsqu’on prend le cas de la Côte d’Ivoire, on trouvera à peine un livre écrit par un musulman qui contient l’évolution de l’Islam en Côte d’Ivoire depuis 1960 jusqu’à nos jours. Pour le centre, cet aspect des choses doit changer. C’est trou à boucher. Il s’agira pour nous de permettre aux imams, prédicateurs et étudiants ivoiriens de faire des recherches concrètes sur l’évolution de l’Islam dans leur propre pays avec leur vision à eux non avec une vision occidentale ou arabique. C’est d’amener les musulmans africains à prendre la responsabilité islamique sur tous les plans.

Quelles les actions déjà réalisées par le centre culturel de l’Afrique de l’Ouest ?
Les actions que nous avons réalisées sont nombreuses. Mais, nous pouvons vous citer les grandes actions majeures que sont : l’organisation des séminaires partout en Afrique ; la distribution des dons aux associations pour les encourager dans leurs efforts de sensibilisation et de propagation de l’Islam. Nous avons encouragé également certains prédicateurs et imams à travers nos dons qui font le commentaire du Saint du Coran durant le mois béni de Ramadan. Nous avons créé la chaine Islamique Sonnât au Mali.

Qu’est-ce que la communauté musulmane ivoirienne gagne ainsi que l’Etat de Côte d’Ivoire à travers ce centre ?
La Côte d’Ivoire gagne beaucoup. Ne reste-ce que la formation des imams et des prédicateurs. Nous voulons que les imams et les prédicateurs des 15 pays de l’Afrique de l’Ouest travaillent ensemble dans la synergie pour une meilleure prédication afin de lutter contre les fléaux qui minent notre communauté et de mieux éduquer notre jeunesse. Pour nous, il s’agit de créer l’union entre tous les musulmans de l’Afrique de l’Ouest en luttant contre le terrorisme de toutes les manières que ce soit pour le bien-être de notre communauté. Aujourd’hui, avec l’aide des uns et des autres nous chercherons à délocaliser le siège du centre en Côte d’Ivoire. Ce qui est le plus important parce qu’en 2017, le centre recrutera 15 prédicateurs à travers les 15 pays de l’Afrique de l’Ouest.

Votre Message de fin ?
L’islam en Afrique, ce sont les africains qui sont les mieux placés à comprendre comment faire mieux sa propagation. Je suis désolé. Mais, nous n’irons pas prendre des idéologies venant d’ailleurs pour venir pratiquer en Afrique de l’Ouest et particulièrement en Côte d’ Ivoire. L’Islam en Afrique se pratique et se propage avec le respect de l’autre dans l’amour et dans le pardon.
Par Fané N’facoro

Facebook Comments / Commantaire Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.