L’Appel d’Abidjan, un cri de coeur du président de l’Ascad pour financer la science et la technologie

En marge du 5ème sommet Union Africaine – Union Européenne, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a procédé, hier mercredi 29 novembre à l’Ensea au campus de Cocody, au lancement de l’ « Appel d’Abidjan » pour le financement de la recherche scientifique et technologique.
« Promouvoir la science et la mobilité scientifique en Afrique », était le thème du panel de l’Appel d’Abidjan. Des invités de marque et des bailleurs de fonds venus de partout dans le monde ont assisté au lancement de l’Appel d’Abidjan.
Dans son mot de bienvenue, le maire de la commune de Cocody, Mathias Aka Ngouan, a souligné que le soutien financier est indispensable dans la recherche scientifique. A sa suite, selon le Prof Aidara Daouda, président de l’Ascad, ’’l’Afrique est largement en retard sur les autres continents dans les domaines de la recherche scientifique (…) Malheureusement, les mesures concrètes pour y palier tardent à venir et nous, scientifiques africains sommes impatients de faire sortir l’Afrique de cette léthargie scientifique qui ne plaide pas en faveur d’un développement durable du continent’’. Pour lui, nombreux sont les scientifiques africains qui ont réagi à l’Appel d’Abidjan. Aux dirigeants africains et aux décideurs internationaux présents à cette cérémonie, le président de l’Ascad a lancé un cri de cœur en faveur de la recherche, de la science et de la technologie afin d’impulser le développement durable de l’Afrique. C’est pourquoi, dira-t-il : « les scientifiques africains supplient d’accéder à leur requête qui est un cri de cœur pour la science et la technologie »
Le Professeur Bakayoko-Ly Ramata, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, a indiqué que l’Appel d’Abidjan initié par la Côte d’Ivoire s’adresse aux décideurs africains (politiques et institutionnels) en vue de créer une structure d’aide à la constitution d’un Conseil Africain de la Recherche telle qu’expérimentée sur d’autres continents, en tant que mécanisme de soutien, dans la durée, de chercheurs africains pour un financement de recherches individuelles et collectives sur la base de critères d’excellence. « Le potentiel de l’Afrique est immense. Il est donc plus que jamais urgent de prendre les dispositions idoines pour la promotion de celui-ci, aux fins d’assurer le bien-être de nos populations. A cet égard, le développement de la science et de la technologie a un rôle déterminant à jouer. Je félicite enfin tous ceux qui se sont mobilisés par leurs contributions respectives, à divers niveaux, pour que l’ « Appel d’Abidjan » soit une réalité », a-t-elle dit.
Le ministre de l’enseignement supérieur, le président de l’Ascad ainsi que la communauté scientifique de l’Afrique ont demandé que cet appel soit inscrit dans l’agenda des solutions ainsi que de la déclaration final du 5ème sommet Union Africaine- Union Européenne. Car, selon eux, la recherche scientifique et technologique est la solution durable et incontournable du développement de nos pays.
Notons qu’ils ont fait savoir aux décideurs et acteurs politiques de l’Union Africaine (UA), leur engagement à intégrer la Recherche scientifique et Technologique dans vos actions politiques sera déterminant pour l’avenir de notre continent et marquera son histoire.
tr_nf

Facebook Comments / Commantaire Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.