Augmentation du carburant : la Confédération des Organisations de Consommateurs dénonce

Déclaration de la Confédération des Organisations de Consommateurs de Côte d’Ivoire (COC-CI) relatif au réajustement des prix à la pompe des produits pétroliers.

Par courrier N° 1123/MPEDER/DGH/SESES/Akjb du 30 novembre 2017, adressé aux acteurs du secteur, la Direction Générale des Hydrocarbure, vient de fixer les nouveaux Prix maxima à la pompe des produits pétroliers pour le mois de décembre 2017.

Contre toute attente des consommateurs, en cette veille de noël où tout le monde s’attend à recevoir un cadeau, les nouveaux tarifs consacrent une nouvelle hausse des prix des produits comme le super sans plomb et le gasoil moteur.

Par ces temps de vache maigre, toute hausse tarifaire quelque soit le niveau ne peut laisser les consommateurs indifférents surtout dans le secteur du pétrole où vient de s’opérer deux augmentations successives.

Cette nouvelle hausse met au goût du jour les conditions d’application de la décision gouvernementale prise il y a quelques années du principe de l’ajustement automatique des prix des produits pétroliers en fonction de l’évolution du marché et du cours du dollar.

La Confédération des Organisations de Consommateurs de Côte d’Ivoire (COC-CI), ne saurait se satisfaire des simples communiqués fixant régulièrement les tarifs à appliquer.

La COC-CI exige plus de transparence dans le processus de détermination des prix des produits pétroliers dans notre pays.

La non publication à ce jour de la structure des prix malgré l’insistance des organisations de consommateurs depuis plusieurs années d’une part, et la non implication de ces dernières dans le processus de réajustement tarifaire donne de penser à tort ou à raison que les consommateurs sont les seuls à supporter, les conséquences des fluctuations des marchés des produits pétroliers et du cours du dollar. Cette situation est inadmissible.

En effet, que perdent les autres acteurs de la chaîne de distribution sur leurs revenus en cas de mouvements défavorables sur le marché international ?

Que fait-on au niveau des stations services pour éviter les spéculations sur les stocks acquis au prix anciens en cas de hausse tarifaire à la pompe?

L’Etat procède t-il lui aussi à une réduction de ses prélèvements pour stabiliser les prix à la pompe ? Bref.

Pour ne citer que ces exemples, le Ministère du Pétrole, de l’Energie et du Développement des Energies Renouvelable et ses structures compétentes sous tutelle en la matière, doivent faire preuve de plus de transparence dans la gestion de la structure des prix.

L’Etat n’a pas le droit de s’acharner sur les seuls consommateurs. La gestion du secteur pétrolier doit se faire dans la transparence, dans l’intérêt bien compris des parties en présence. Les consommateurs ne sauraient indéfiniment être tenus à l’écart, dans l’ignorance totale

La COC-CI demande donc au gouvernement d’aller au delà des simples communiqués d’information sur les prix à appliquer à la pompe pour enfin accéder à la demande formulée de longue date par les organisations de consommateurs de voir publier de façon régulière la structure des prix de produits pétrolier et procéder à une gestion inclusive du secteur. Les organisations de consommateurs ont leur mot à dire.
Fait à Abidjan le 01 DECEMBRE 2017.

Pour la COC-CI

LE PRESIDENT

Jean Baptiste KOFFI

Facebook Comments / Commantaire Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.