Côte d’Ivoire: inauguration des travaux du pont Félix-Houphouët-Boigny

Les travaux de réhabilitation du pont Félix-Houphouët-Boigny ont été officiellement lancés ce vendredi 6 avril à Abidjan. Le premier pont de la capitale économique ivoirienne qui relie depuis plus de soixante ans les deux rives de la lagune, avait besoin d’une sérieuse réfection pour permettre aux voitures, camions et train de continuer à y circuler en toute sécurité.
Vieux d’une soixantaine d’années, le pont Félix-Houphouët-Boigny, achevé en 1957 avait besoin d’une sérieuse cure de rajeunissement. Et si les travaux ont officieusement débuté il y a quatre mois, c’est ce vendredi que le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly a procédé à l’inauguration officielle du chantier qui durera encore 26 mois : « Le pont Félix-Houphouët-Boigny a toujours été le passage obligé du trafic à destination et en provenance du port d’Abidjan avec plus de 85% des échanges commerciaux de notre pays. Cet ouvrage long d’environ 750 mètres a aujourd’hui besoin d’être réhabilité. »

Quotidiennement, ce sont au moins 90 000 véhicules par jour, dont un tiers de poids lourds, qui passent sur cet édifice, ainsi que le train de la Société internationale de transport africain par rail (Sitarail). Il devenait donc urgent de faire quelque chose pour réhabiliter les piliers attaqués par l’érosion des eaux de la lagune Ebrié.

« Les fondations sont fatiguées »

Pour Christian Combes, directeur Afrique Eiffage Infrastructures, « effectivement, les fondations sont fatiguées, nécessitent d’être refaites. Ce qu’on est en train de faire aujourd’hui, ce sont des méthodes de travail qui vont permettre de minimiser les interventions lourdes et longues sur le tablier de façon à ne pas perturber le trafic pendant les journées et laisser le trafic se dérouler normalement. »

Estimé à 41,7 milliards de francs CFA, 62,5 millions d’euros, le chantier est financé par le C2D (Contrat de Désendettement et de Développement) géré par l’Agence française de développement (AFD), les travaux de réhabilitation s’achèveront en 2020 afin que cette artère, primordiale pour la ville d’Abidjan, le pays et même la sous-région, puisse continuer à délivrer ses millions de tonnes de marchandises à l’import ou à l’export.
Par RFI

Facebook Comments / Commantaire Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.